Rencontre avec Éric Péron

Éric Péron - Prêtre et chef de choeur des Petits-Chanteurs de Saint-Joseph

- Bonjour Éric Péron et merci de nous avoir accordé cette interview ! Vous dirigez le chœur des Petits chanteurs de Saint Joseph, issu de l’école Saint-Joseph des Carmes, créée  et basée à Montréal de l’Aude depuis 1981. Pouvez-vous nous parler de son fonctionnement ?


E.P : Il s’agit d’une école catholique partant de la 6ème jusqu’à la terminale, et s’adresse uniquement aux garçons. La plupart des élèves sont pensionnaires et suivent  un schéma scolaire classique. Pour ce qui est de la chorale, elle est sur la base du volontariat et nous consacrons 1h de répétition par semaine. Le but de cette chorale est tout d’abord de servir les messes internes qui ont lieu chaque dimanche et un vendredi  sur deux, mais aussi de partager la musique sacrée par le biais de concerts en région. Pour n’en citer que quelques-uns, nous avons pu chanter au Théâtre Antique d’Orange, à l’église Saint-Maximin (près de Toulon), à l'église Saint-Etienne (à Toulouse) et  à l’église Saint-Roch (à Paris).


-Quel est votre parcours musical ? Comment en êtes-vous venu à diriger le chœur des Petits Chanteurs ?


E.P : Je viens d’une famille de musiciens mais je n’ai pas spécifiquement fait d’études musicales. Je pratiquais pour le plaisir en parallèle de ma profession de prêtre. En arrivant  à l’école Saint-Joseph des Carmes en 2011, j’ai découvert un grand potentiel vocal au sein de la chorale, donc j’ai décidé d’apprendre la direction musicale, sous les conseils avisés de professionnels, notamment de Stephan Lhuillier, chef d’orchestre du Conservatoire  de Carcassonne. Par ailleurs, nous recevons régulièrement des intervenants spécialisés qui font travailler les enfants à travers des stages. Grâce à ce travail, le chœur a atteint un bon niveau et nous avons pu réaliser de beaux projets, notamment l’enregistrement  de 5 CD depuis 2015.


- Dans la mesure où les chanteurs sont encore bien jeunes, comment abordez-vous le répertoire de la musique liturgique avec eux ?


E.P : Pour nous, il y a un aspect éducatif car nous faisons découvrir un répertoire assez large de la musique sacrée, néanmoins il nous arrive aussi, plus rarement, de chanter  de la musique profane. Les enfants sont généralement intéressés et ré-écoutent volontiers les musiques chez eux. De temps en temps, il peut y avoir des morceaux qui ne passent pas, cependant je considère cela comme un critère de sélection, et dans ce cas,  je n’insiste pas plus. Mais d’une manière générale, il n’y a pas de problème particulier. Certains y prennent goût : les plus anciens élèves se proposent pour chanter dans leurs paroisses.


-Avez-vous un souvenir ou une anecdote de votre travail avec les petits chanteurs que vous aimez partager ?


E.P : Oui.  Le 6 mai 2017, nous devions donner un concert au Théâtre Antique d'Orange mais la météo ne s'annonçait pas clémente. Nous avons prié les anges gardiens pendant la semaine précédant le concert et pendant le trajet en bus. Arrivés à Nîmes, nous avons subi les  humeurs du ciel qui nous ont vraiment laissés mitigés sur le maintien du concert (la pluie ayant interrompu le cours de la répétition générale). Plus grand monde n'y croyait, mais quelques heures avant le concert, le soleil de Provence refaisait son apparition  dans un ciel débarrassé de nuages en un temps-record. En quelques heures, tout était sec : le théâtre était prêt à accueillir un bon millier de personnes venues pour nous écouter !


-Le programme choisi est un concert de Noël qui abordera des chants traditionnels mais aussi internationaux. Pouvez-vous nous expliquer ce choix ?


E.P : Il n’y a pas vraiment d’idée directrice, nous aimerions transmettre l’esprit de Noël à travers des pièces variées et surtout plaisantes pour le public, comme pour les chanteurs.  Pour cela, nous proposerons de la musique baroque avec la ‘’Marche des Rois’’ de Lully, ‘’Un Noël baroque’’ de Marcello et ‘’La nuit de Noël’’ de Debousset. Il y aura également des chants populaires de Noël. Puis, nous voyagerons à travers les époques et les  pays avec un chant de Noël breton, alsacien et anglais, et aussi ukrainien nommé ‘’Chedra Chedra’’ (plus connu sous sa version anglaise ‘’Carol of the bells’’) dont nous voulions associer le cantique de Noël avec le côté sympathique de la langue.


-Pour finir, pouvez-vous nous dévoiler les prochains projets des Petits Chanteurs de Saint-Joseph ?


E.P : Les chanteurs participeront à la cérémonie d’Ordination en Suisse qui aura lieu en juillet prochain. Nous en profiterons pour donner quelques concerts sur le chemin. Ensuite,  le projet n’est pas encore bien concrétisé, mais nous sommes en train d’organiser notre tournée annuelle, qui représente le travail du jeune chœur. Pour cette année, elle se fera probablement en Provence et peut-être en Suisse.


Propos recueillis par Marjorie Cabrol